Au sens le plus large, la musique est l'art consistant à arranger et ordonner les sons et les silences au cours du temps : le rythme est le support de cette combinaison temporelle, la hauteur celle de la combinaison fréquentielle, etc.

Word musique : les deux grandes artistes malgache


Word musique :
Régis Gizavo : « La musique est universelle » et D'Gary : « Je suis un simple guitariste »

Régis Gizavo : « La musique est universelle »

Régis ou roi du "piano du pauvre" est né à Tuléar, la région sud de Madagascar,  le 16 juin 1959, il entend très tôt le son de l’accordéon, un petit modèle diatonique que possède son père. Il commence à prendre l’instrument familial vers l’âge de six ans, ce n’est pour lui qu’un jouet avec lequel il essaie de reproduire ce qu’il entend.
Il le fait assez bien pour qu’une formation de quartier qui anime les soirées vienne le chercher lorsqu’il a douze ans pour qu’il joue un peu de musette, du sega et d’autres rythmes dansants.
Accordéon : le piano du pauvre pour Régis

regis1
Régis Gizavo : « Nul ne peut contester que la musique est universelle. Pour ma part, musique du monde ou world music, musique fusion ou traditionnelle, étymologiquement tous ces termes ne me dérangent pas.
La musique est faite pour partager un sentiment, une mode de pensée avec des mélodies qui vibrent aux boucles d'un rythme spécifique à notre pays.
Tout cela témoigne notre existence, et défend notre couleur et notre identité culturelle dans le plein épanouissement de l'art. Même si le métier de musicien est à risque, nous avons décidé de faire d'abord ce que nous voulons. Mais entrer dans le monde du show bizz est toute autre chose, notre place est souvent ailleurs que chez nous à Madagascar. »

D'Gary : « Je suis un simple guitariste »

Pour voir plus sur D'Gary, cliquer ici
D'Gary : « Personnellement, je ne me considère pas comme un artiste jouant de la world music.
Cela fait déjà 17 ans que j'ai sillonné le monde avec ma musique. J'ai participé à des festivals de jazz, de musique traditionnelle, et même avec des artistes de variété comme ce fut le cas lors de la célébration du 90e anniversaire de Mandela. Mais world music est un terme que les tourneurs et les producteurs utilisent pour classer les musiques issues des pays sous-developpés, comme le cas de Madagascar ou d'autres pays d'Afrique.
Actuellement, la musique ne cesse d'évoluer. Se démarquer parmi tant d'artistes s'avère plus difficile. Il faut mettre les ingrédients nécessaires pour séduire le public. On n'a pas été assez soutenus par l'Etat comme dans quelques pays africains. Je pense que nos compositions peuvent se vendre ici à Madagascar, même si la promotion est insignifiante, voire nulle. Le public croit toujours que les miennes restent et resteront toujours de
la musique traditionnelle. Or, j'ai déjà joué un peu de blues avant de lancer une carrière professionnelle à l'étranger. C'est même pour cela que j'ai choisi de jouer en open. »