Au sens le plus large, la musique est l'art consistant à arranger et ordonner les sons et les silences au cours du temps : le rythme est le support de cette combinaison temporelle, la hauteur celle de la combinaison fréquentielle, etc.

« Nouvel an » selon le rite malgache


Le «Tsinana Alahamady», tombant le 6 avril à 6 heures 56 minutes, est le repère du Nouvel an chez certains défenseurs des valeurs traditionnelles.

Un Nouvel an dans la joie populaire. Malgré la pluie battante et les coups de tonnerre qui ont frappé la ville d'Antananarivo, l'accueil du Jour de l'an malgache a connu une affluence considérable, dans la soirée du samedi 5 avril.
A Alasora, au Kianja Maitso il y avait le  «harendrina» c'est-à-dire le bal des lampes animés par quelques centaines de fêtards. Sans oublier la soirée hiragasy aux pas de l’«afindrafindrao» et du «latsi-tanàna». D'après la tradition, « le harendrina sert à expulser les mauvais esprits qui fréquentent  la vie des humains. Une nouvelle année doit être accueillie dans la pureté »