Au sens le plus large, la musique est l'art consistant à arranger et ordonner les sons et les silences au cours du temps : le rythme est le support de cette combinaison temporelle, la hauteur celle de la combinaison fréquentielle, etc.

Salala : le trio vocal de la région d'Androy


Le trio vocal Salala (l'espoir, l'espérance) a été créé par M'Bassa  en 1983. Les trois chanteurs viennent de l'extrême sud de Madagascar, de la région Androy, et plus précisement d'un petit village proche de Taolanaro (ex Fort Dauphin).
Ils font partie du peuple Antandroy ("ceux du pays des épineux") qui vit dans cette partie la plus sèche de l'île et qui, au contraire de beaucoup d'autres habitants de la Grande Ile, n'a pas peur des esprits nocturnes et de leurs activités malfaisantes.

Salala est vocalement très influencé par le "beko", une tradition au caractère sacré et religieux antérieure à la colonisation.
Salala s'inspire donc de cette tradition tout en composant des chansons qui parlent de la vie quotidienne, sans référence au caractère religieux du beko.

Sengemanana est la voix basse du trio Salala qu'il fonde en 1983 avec deux amis d'enfance originaires de la même région que lui.
Après la tournée en Allemagne réunissant de nombreux artistes malgaches, Sengemanana se sépare de ses acolytes et sort un album solo avant de former une nouvelle équipe du nom de "Senge" avec Yvon Mamisolofo et Jean Ramanambintana, tous deux chanteurs et danseurs traditionnels.
salala-1

La région Androy où sont nés les trois chanteurs du groupe Salala Salala redevient un trio et c'est lors de la Révélation du festival Africolor en 1994  qu'il enregistre son premier album en 1995. Cette même année, le groupe est sélectionné pour représenter la zone Océan Indien au sein des "Découvertes du Printemps de Bourges" et partage l'affiche d'une tournée européenne de 25 dates avec Oumou Sangaré. Depuis, les trois chanteurs ont beaucoup tourné dans toute la zone Océan Indien et en Afrique.
Senge, abréviation du patronyme de son leader, signifie "fierté" dans le dialecte de l'ethnie Antandroy à laquelle appartiennent les membres du groupe. Senge a donc décidé de s'appuyer sur le patrimoine culturel de sa communauté pour en être le porte-parole.
Sengemana commence à souffrir mais assure avec courage les concerts programmés lors de l'été 2000.
Dès son retour à Madagascar, le chanteur se fait hospitaliser et tente de combattre le cancer qui a été diagnostiqué mais il décède quatre mois plus tard en décembre 2000 à Tananarive alors que ses deux compagnons sont en tournée au Brésil.